PÉNURIE DE SUCRE AU SÉNÉGAL LES RESPONSABILITÉS DE L’ÉTAT ET DE LA CSS SONT-ELLES ENGAGÉES ?

0
475

Souvent à la même période de l’année le sucre se fait rare au Sénégal. Si les producteurs se dédouanent en pointant du doigt les spéculateurs, les grossistes accusent l’état de protectionnisme excessif ou même de favoritisme. Le producteur exclusif du sucre au Sénégal ne le voit pas de cet œil. Mieux, il a eu à manifester sa colère en organisant des manifestations pour dire non aux DIPAS. En effet la CSS voit dans l’ouverture du marché une menace qui l’expose à la mévente qui l’expose à la faillite inéluctable. Toutefois, le constat amère est la : le sucre se fait désirer partout dans le pays de la Teranga. Et la seule question qui taraude les esprits est de savoir s’il faut protéger les industriels pourvoyeurs d’emplois ou fournir la population en sucre sans rupture. Si la compagnie sucrière a suffisamment de stocks, elle n’a qu’à édifier les sénégalais au lieu d’attendre l’ouverture du marché pour encore crier au scandale. Si ce sont les spéculateurs qui sont à l’origine de la souffrance desclients, alors l’état doit sévir. Le peuple a ses moyens, il ne demande que du sucre en quantité suffisante et en qualité.
MOUHAMADOU BA