DÉSARROI DES POPULATIONS DE ROSSO SÉNÉGAL

0
313


Pris entre le marteau de la COVID 19 et l’enclume de la fermeture de la frontière, les populations de cette commune portière de l’Europe et du Maghreb souffrent profondément des séquelles liées à la pandémie qui affecte le monde depuis plus d’une année.
Des piroguiers, des moneyeurs, des porteurs, des restaurateurs, des commerçants paient un lourd tribut depuis l’avènement de la COVID 19.
Sans aide significative, ni alternative pour subvenir à la dépense quotidienne, les rossolois ne savent plus à quel saint se vouer.
Leurs activités informelles les privent de toute forme de reconnaissance qui justifie leur éligibilité au programme de la résilience économique.Les plus impactés sont les piroguiers et les transporteurs qui ne vivent que du trafic. Avec la fermeture de la frontière, ils sont sur le qui vive.

Pis, l’avènement du pont est une très mauvaise nouvelle pour eux, car sans mesure d’accompagnement efficace. Sans terre cultivable, ni formation pour un recyclage, ces jeunes sont laissés à eux-mêmes.La couche plus vulnérable représentée par les femmes réclame le financement promis et qui tarde à tomber.Les impactés économiques appellent les autorités compétentes à agir avant qu’il ne soit trop tard.Cette solution urgente et immédiate passe avant tout par la réouverture de la frontière senegalo-mauritanienne.
Vivement pour que leurs doléances soient entendues pour sauver ces braves femmes et hommes qui ne cherchent qu’à subvenir à leurs besoins les plus élémentaires.