CANDIDATURE DE MADAME AIDARA POUR BBY. DU SÉRIEUX OU UNE UTOPIE POUR DIVERTIR AFIN DE BALISER LE TERRAIN POUR MAME DIOP ?

0
558

« Je suis un apprenant qui lève la main pour participer. En cas de refus de ma candidature par le maître, j’attendrai la prochaine fois « .Voilà en substance un aveu qui montre que cette candidate n’a pas son destin en main. Au lieu de prendre son courage à bras le corps en rejetant sans appel le bilan du maire sortant en se positionnant sans ambages, elle entretien le flou en adoptant une position hybride. Compagnon et comptable du bilan de l’équipe sortante comment va procéder Mme AIDARA pour élaguer le doute qui habite l’esprit de ceux qui cherchent une alternative à l’actuel édile de la commune de Richard Toll ?
Certes, en défiant ouvertement son mentor, elle vient de franchir un rubicon en décrédibilisant un baobab au sein de BBY. Même si certains doutent de sa bonne fois en soupçonnant un plan savamment concocté pour diviser l’opposition en conservant l’électorat au sein du même camp, un effet boomerang révèle aujourd’ hui que le supposé superpuissant est vulnérable. En dénonçant l’arrogance et en listant une panoplie de maux qui hantent sa commune, Adja Mareme Sow Dieye démasque et désavoue l’actuelle équipe sciemment ou inconsciemment. Des déballages qui constituent une aubaine pour l’opposition.


Au-delà du fond peu convaincant, la forme révèle des limites. En effet, une candidature des résidents contre celle « d’un locataire « cache une discrimination à l’endroit du dit étranger. Le walo est un meltingpot où les uns ne peuvent plus être élus sans les autres. Ce type de discours désespérément entretenu par certains est une maladresse communicationnelle à bannir.


En attendant d’éclairer nos lanternes avec une meilleure communication, nous espérons enfin voir Mme AIDARA compter parmi les candidats sincères car jusqu’à présent les prétendants déclarés à la candidature de BBY ne convainquent pas. Ce sont juste des bousculades pour ne pas rater sa part du gâteau. Une bonne affaire pour l’opposition radicale menée par le PASTEF. Toutefois, ces derniers doivent faire une vraie politique en évitant de verser dans un business car les militants ne sont pas une clientèle à consommer des articles. Ce serait un délit d’initié. Laisser aux artisans locaux leur gagne-pain est aussi du patriotisme. Le temps passe, les masques tombent.
MOUHAMADOU BA Euleuk Médias