BOCAR SOW de Kundel Mauritanie à Cincinnati aux USA à pied

0
3907

Ce jeune de Kundel (comme beaucoup de jeunes Africains) a foulé le sol du pays de l’oncle SAM  en traversant plusieurs pays de l’Amérique centrale et Latine…

Le Mauritanien a raconté son histoire  à Amadou Dia l’animateur du jour de RADIO AERE LAO , Radio FULBE INTERNATIONAL …

Selon lui c’est après avoir échoué quelques fois son entrée à l’université de Nouakchott à cause des difficultés des épreuves du BAC Mauritanien et essayé de faire du commerce entre 2011 et 2016 qu’il décida de quitter ce pays qui ne fait pas grand-chose pour garder ses citoyens ( surtout les négros-Mauritaniens souvent exclus du système).

Sachant que la voie légale ou le visa pour les USA est très difficile à obtenir car ce précieux sésame n’est réservé qu’aux grands commerçants ou aux employés de grandes entreprises ou  bien ceux de l’ETAT NON équitable pour ne pas dire  » raciste « , il a fait les procédures pour avoir l’autorisation d’atterrir au Brésil début 2017.

Il a vécu un peu plus de deux ans dans ce pays en travaillant  et faisant des cours pour pouvoir communiquer en portugais  avant de décider de prendre le chemin long, difficile et coûteux pour rallier la première puissance mondiale .

Il s’est confié pour donner une idée du trajet aux futurs candidats à l’immigration sans bien sûr vouloir les décourager parce que ces genres de choix sont personnels.

Il dit avoir dépensé aux alentours de 7000 DOLLARS Américain , en traversant en voiture , en pirogue et à pied ( pendant 1 MOIS ET 12 JOURS) 8 pays à savoir Pérou, Equateur , Colombie , Panama, Costa Rica , Nicaragua , Honduras et Guatemala  sans oublier les 4 mois qu’il est resté au Mexique avant d’arriver chez Trump. Pour lui le coût du voyage varie en fonction des gens et des problèmes qu’on rencontre sur la route parce que parfois on peut croiser des coupeurs de routes ou pas , ou des policiers plus ou moins corrompus. Donc ce n’est pas une science exacte et il faut s’attendre à tout sur la route , parfois le trajet peut être peu difficile ou plus compliqué d’une personne à une autre.

Heureusement pour le  voyageur , il a été soutenu par Zeinabou Sall qui l’a aidé et orienté dès son arrivé à Texas.

Cette brave femme dit  être à la disposition des Mauritaniens avec leur ONG même si elle n’encourage pas l’immigration clandestine …

Ce n’est parce que Samba a traversé que Demba passera ,

Ce n’est pas aussi parce que Hamadi a échoué que kumba ne réussira pas…

Comme on dit en poular

Do doge wadi , do hucce ala

C’est difficile dans notre pays mais ne risquez pas votre vie !

Prenez tous les renseignements avant de vous engager sur la route. Pour  le narrateur, ce périple exige de  la patience.

« Qui voyage loin ménage sa monture

SOURCE : iodenews