OUMAR SARR RAPPELLE LES INDUSTRIES EXTRACTIVES À L’ORDRE

0
398

EXTRACTION DE MINES : OUMAR SARR RAPPELLE DANGHOTE A L’ORDRE

Oumar Sarr en visite à Dangote : « Ici c’est le Sénégal, pas le Nigeria »
Le successeur d’Aïssatou Sophie Gladima au département des Mines et de la Géologie a effectué une visite à la cimenterie Dangote. Une visite des installations suivie d’entretiens avec les responsables de l’usine.
Le ministre a abordé la responsabilité sociétale des entreprises minières, le comportement des industriels face à l’environnement et le cadre de vie, entre autres questions comme la grogne des travailleurs de l’usine la semaine dernière. Justement sur cette question, Oumar Sarr précise :

« Je ne suis pas au courant des manifestations qu’il a eu, mais, nous sommes au Sénégal, pas au Nigéria. Cela m’étonnerait qu’on applique une réglementation nigériane monsieur le directeur », dit-il à l’endroit du patron de l’usine, d’un ton décontracté.

« Je pense que ce sont les règlements sénégalais qui s’appliquent ici. Je ne connais pas ce dossier. Toutefois, s’il y a des actions concrètes à mener, je le ferais en relation avec les autres collègues ministres qui sont concernés », annonce-t-il.

Les maires des localités impactées par Dangote, par la voix du maire de Keur Mousseu, ont posé la problématique de l’emploi des jeunes devant Oumar Sarr. «Ces ressources minérales appartiennent au peuple et il faut que ces populations puissent bénéficier de ces ressources, répond le ministre. Sur l’exploitation des mines, nous insistons beaucoup sur cela, il faut qu’après usage de sites d’exploitation, que les terres ne disparaissent pas.

Il faut les remblayer. Sinon, ce sera une catastrophe pour notre pays. J’ai vu que ce n’est pas encore complet, mais il y a une réhabilitation progressive des sites. L’autre aspect est l’appui par rapport aux collectivités locales », insiste Oumar Sarr.

A la fin de la tournée dans les différentes unités de Dangote Cement, le ministre des Mines et de la Géologie a tout de même décerné une note satisfaisante sur la gestion de l’environnement par l’entreprise.

« Nous avons vu des outils modernes avec moins de poussière et une sauvegarde de l’environnement très visible qui laisse à penser que nous ne sommes pas dans une cimenterie. Il y a des plantes qui donnent à l’usine un joli visage. C’est très important», réconforte-t-il.

Abordant la situation globale du secteur minier, Oumar Sarr dira que « c’est un problème plus global qui ne concerne pas seulement les cimenteries.

Nous sommes en train de parcourir tout le secteur, voir les entreprises minières. Au niveau des résultats, nous avons des recettes d’exportations, nous sommes à 40% », renseigne-t-il.

SOURCE :SENEWEB