Démarrage des travaux du projet régional d’interconnexion électrique

0
52

Les travaux du projet régional d’interconnexion électrique entre le Nigeria, le Niger, le Bénin et le Burkina Faso seront lancés ce mardi à Niamey, annoncent les services de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO).

Le président nigérien Mohamed Bazoum « donnera ce mardi 22 février 2022 au poste de transformation de Gorou Banda, à Niamey, au Niger, le coup d’envoi des travaux de l’interconnexion électrique dénommée « Dorsale Nord », pilotée par la Commission de la CEDEAO, à travers le Système d’échanges d’énergie électrique ouest africain (EEEOA) », indique un communiqué de l’organisation sous-régionale.

Il précise que le chef de l’Etat ghanéen Nana Akufo-Addo, président en exercice de la Conférence des chefs d’Etat de la CEDEAO va assister à cette cérémonie, de même que les chefs d’Etat et de gouvernement des pays concernés.

 D’un coût total de 568,2 millions de dollars US, la « Dorsale Nord », consistant en une interconnexion électrique de 330 kV, « est l’un des projets prioritaires du plan directeur de la CEDEAO pour le développement des moyens régionaux de production et de transport d’énergie électrique 2019-2033 ».

Entamé depuis 2019, ce projet « est l’un des programmes phares et intégrateur de la CEDEAO, car il facilitera le commerce de l’électricité dans la sous-région et renforcera le volume régional des échanges électriques qui est actuellement faible (9%), malgré l’interconnexion actuelle de 09 pays sur 14 », a expliqué le commissaire Sédiko Douka, chargé des Mines et de l’Energie de la Commission de la CEDEAO.

« Il contribuera à résorber le déficit des moyens de transport d’énergie et à réduire le tarif d’électricité dans la zone ». De même, il contribuera à augmenter « le taux d’accès à l’électricité, particulièrement en zone rurale par l’électrification de près de 600 localités (432 au Niger et 179 au Burkina Faso) situées le long des lignes à construire », a ajouté M. Douka, dont les propos sont rapportés par le communiqué.

Selon lui, il s’agit d’un « élément catalyseur qui contribuera à relever le taux d’accès régional, qui est actuellement de 50%. D’où la nécessité d’accorder une réelle importance à la construction de la ligne 330KV et ses ouvrages connexes et de réfléchir sur les voies et moyens permettant de faciliter et de sécuriser tous les travaux prévus ».

L’interconnexion « Dorsale Nord » devrait permettre, à terme, d’échanger de l’énergie électrique entre le Nigéria, le Niger, le Bénin, le Togo et le Burkina Faso, en vue de contribuer à la satisfaction des besoins en électricité des populations et des économies nationales, conformément aux stratégies nationales de développement des pays concernés et de la région ouest-africaine.

« Ces dernières ont pour objectif de favoriser un accès universel à une électricité fiable à l’horizon 2030 en vue d’une transformation socioéconomique durable, ainsi que le renforcement de l’intégration économique régionale, à travers l’instauration d’un marché de l’électricité », indique le communiqué.